30 octobre 2010

Cycle Woody Allen à la Filmothèque du Quartier Latin

Ayant nouvellement acheté ma carte UGC illimité, je me suis précipité sur Allociné hier voir ce qu'il y avait comme bons vieux films dans les cinémas du Quartier Latin, qui d'ordinaire me coûtent une fortune et maintenant plus rien (rentabilisons les 2€ que j'ai déboursé pour le mois d'octobre !). Et ô miracle! un cycle "25 fois Woody Allen" dans la Filmothèque, rien que pour moi. Que des films que je rêve d'aller voir depuis longtemps : Annie Hall, Hannah et ses soeurs ... Je vais donc passer mon week-end dans les salles obscures. (Tant mieux, il fait moyen beau !)

Cycle "25 fois Woody Allen", Filmothèque du Quartier Latin, 9 rue Champollion (Paris 5ème)
En version originale sous-titrée
Tarif plein : 8€ - Tarif réduit : 6€ - Moins de 20 ans : 4€

Alice (1990)

Aujourd'hui je suis donc allée voir Alice. Il faut dire qu'après avoir vu son dernier qui vient de sortir, on est content de retrouver le bon vieux et drôle et intelligent Woody Allen qu'on aime. C'est drôle -bonheur d'une petite salle où les 25 personnes rient en même temps- et intelligent. Ce n'est pas juste une caméra qui filme des vieux riches en train de manger/boire/baiser. Il y a de l'esprit toujours sous-jacent, des retournements de personnalité qui font plaisir à voir et surtout, surtout le brin de magie qu'on avait vu dans Scoop! pour la dernière fois.

Bon, au niveau des looks, parce que c'est toujours quelques chose auquel je fais attention dans un film, c'est du bon 90's. C'est oversized au possible, des ensemble hyper coordonnées et des choucroutes permanentés blondes-brillantes. Trop de bijoux aussi, mais heureusement Mia Farrow (magnifique) est là pour nous pondre des looks qui sentent bon la spontanéité BCBG (j'écris quand même des phrases qui veulent vraiment rien dire !) : je me souviendrais pour longtemps du combo StanSmith + Levi's 501 + col claudine.

Alice

Alice, de Woody Allen (1990), comédie dramatique américaine
Avec Mia Farrow, William Hurt, Judy Davis ...

Annie Hall (1977)

Après Manhattan, je pense que ce film fait désormais partie de mes films préférés de Woody Allen. En dehors d'une Diane Keaton ici aussi époustouflante, à la fois par l'intelligence et l'élégance de son jeu, c'est l'esprit et l'humour qui dominent le film. On retrouve aussi New York, tant chéri par Woody. Il n'y a qu'à voir le parallèle avec la côte californienne pour sentir tout ce qui fait la particularité de NYC. D'ailleurs, on a presque le droit à un documentaire très biaisé sur les intellectuels hippies de Los Angeles dans les années 70 - la réplique qui m'a achevé : "Allô ? J'ai oublié mon mantra."

Il y aussi le côté "journal intime de Woody Allen" que j'apprécie tant : lui face à la caméra, qui nous raconte ses états d'âmes. Les flash-backs aussi, assez décousus, mais qui fonctionnent parce qu'on sent une certaine spontanéité dans le montage (même si, hein, on est pas dupes !). On a le droit à toutes les petites névroses de Woody Allen, entres autres : sa judéité, la mort, les démocrates ..., mais celles aussi de Annie (Diane Keaton) et enfin de compte, on ne sait plus quid de la fiction ou de la réalité.

Et enfin, je concluerais sur ce que CaféMode nommerait les bonnes sapes du film. Il n'y a plus besoin de dire à quel point Annie Hall est un film mythique en matière de looks et d'attitude mais l'ayant vu, maintenant je comprends et c'est cool. Parce qu'au vu des simples photos, Diane-Annie a l'air intello-pompeuse, en vrai elle est craquante de fraîcheur et c'est ce qui lui donne une attitude si particulière. Je m'en suis pris plein la gueule en fait !

AnnieHall

Annie Hall, de Woody Allen (1977), comédie dramatique américaine
Avec Woody Allen, Diane Keaton, Tony Roberts ...


Bon, et bien en fait, là se termine pour moi le cycle Woody Allen. J'ai pas eu le courage d'attendre pour La Rose Pourpre du Caire hier et Hannah et ses soeurs ce soir, et puis demain je zappe Bananas pour l'expo Brune/Blonde à la Filmothèque. Mais bon, 3 films en 3 jours, c'est honorable et surtout surtout Annie Hall sur grand écran, je considère ça comme une chance.

Posté par LaFilleEnBlanc à 16:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Cycle Woody Allen à la Filmothèque du Quartier Latin

Nouveau commentaire