02 novembre 2010

Les rêves dansants, d'A. Linsel et R. Hoffmann

Ce film a tout simplement sauvé ma journée. Hier, j'avais passé une sale journée (et Rosemary's Baby n'avait pas forcément arrangé les choses ...) et celle-ci ne commençait pas particulièrement bien. Retour à la fac après une dizaine de jours sans, et puis il se trouve que j'ai environ 6 heures à poireauter avant mon prochain cours donc je rentre chez moi. Sur le chemin, je passe par mon cinéma ; il est 10h50 et Les Rêves Dansants commencent. Bettina l'avait adoré, je prend ma place (ô joie de la carte UGC quand on est à sec au niveau du portefeuille !).

Ça commence et tout de suite je sens un feeling particulier avec ce film. Avec les protagonistes surtout, qui sont si jeunes et à qui je ressemble tellement. Ils sont beaux et ils ont peur, et quand ils dansent c'est juste parfait parce qu'on sent à quel point ça les libère. Les "professeures" sont géniallissimes de compréhension et de tendresse (petite pensée à ce moment-là pour Sophie, ma prof de danse - à croire qu'il faut une intelligence particulièrement sensible et aiguë pour ce métier). Pina Bausch n'entre pas, elle apparait quelque fois, toute discrète mais grande, noble dans le beau sens du terme. Elle fume Camel sur Camel, te balance 3-4 phrases qui sonnent incroyablement juste - elle te parle de ce qu'elle a voulu exprimer dans Kontakthof et on comprends tout de suite que cette nana a tout pigé à l'Humain.

Ce film, parce qu'en plus il fait parler les ados qui donnent vie à la chorégraphie, donne envie de danser. De tomber amoureuse aussi. De faire l'idiot(e). De pleurer un bon coup sans culpabiliser. D'écouter de la musique. De ne plus avoir peur. D'aller voir ses amis. Il a fait passer une journée "sans" à une journée "AVEC". :)

LesR_vesDansants

Les Rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch, d'Anne Linsel et Rainer Hoffmann (2010), documentaire

Posté par LaFilleEnBlanc à 23:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Les rêves dansants, d'A. Linsel et R. Hoffmann

Nouveau commentaire