20 janvier 2012

J. Edgar, de Clint Eastwood

Eh bien définitivement, j'ai du mal avec les films de Clint Eastwood, que je trouve toujours moralisateurs et bien pensants. Ici, il s'attaque au "mythe Hoover", fondateur du FBI si célèbre aujourd'hui.

En tant que tel, c'est intéressant de savoir comment une telle institution est née, mais en documentaire, pas en biopic joué par une tête d'affiche comme DiCaprio. Eastwood traite donc de la genèse du FBI mais heureusement, il n'en fait pas le sujet du film ; le sujet, c'est Hoover, l'homme. En ça, DiCaprio est magistral, se transforme au grès des années et sur son visage sont visibles la paranoïa et l'arrogance de Hoover. Ce qui est le plus intriguant pourtant, c'est son homosexualité, esquissée ici. Je ne sais pas si le code Haze est toujours en vigueur ou quoi ou caisse, mais j'ai trouvé bien dommage que, ce qui aurait pu faire un sujet de film formidable, n'est pas traité réellement. Eastwood mentionnne à la fois trop et pas assez l'homosexualité de Hoover, comme s'il s'interdisait d'en faire l'objet central et qu'il se forcait à détourner sa caméra, pour nous parler de la sécurité des Etats-Unis, de la corruption en politique ou je ne sais quelle autre connerie. Eastwood s'est, en fait, gourré d'angles ; dommage.

JJ. Edgar, de Clint Eastwood (2011), biopic
Avec Leonardo DiCaprio, Naomi Watts, Armie Hammer ...

Posté par LaFilleEnBlanc à 13:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur J. Edgar, de Clint Eastwood

Nouveau commentaire